Editorial Cap Digital

Le logement, dernier espace refuge, voit ses frontières s’étendre et son intégration à l’environnement évoluer. Premier cercle concentrique d’un écosystème qui relie l’étage, l’immeuble, le quartier et la ville, la maison se fait intelligente, apprenante, vivante. Si la domotique et les objets connectés contribuent fortement à cette mutation, le développement de réseaux de proximité, de services, de lieux d’expérimentation et de solutions à vocation sociale et solidaire complète ce paysage et ne saurait être négligé pour notre dernier numéro de l’année, réalisé en partenariat avec Domotique News.

La maison est ouverte sur l’extérieur, modulable, sécurisée. Elle est le lieu de l’alternance entre temps individuel, collectif, voire professionnel. Elle s’adapte aux différentes générations qui peuvent cohabiter sous un même toit. Dormir (Holi et son application SleepCompanion), se divertir et écouter de la musique (Prizm, objet connectable à ses enceintes permettant de diffuser de la musique en fonction de l’ambiance, du profil et des goûts des personnes qui se trouvent dans la pièce), jardiner, se chauffer et faire des économies d’énergie (Budget Telecom, Wattgo et autres initiatives encouragées entre autres par des évolutions réglementaires), s’éclairer, se soigner, améliorer sa qualité d’air intérieur (Partnering Robotics) sont autant d’actions accompagnées par ces nouvelles solutions. Le marché de la construction est également touché par ce phénomène, avec l’émergence d’outils intelligents : nous allons pouvoir, via des tags NFC, connaitre les composants de notre chauffage ou chaudière, les consulter sur nos différents terminaux et gérer plus facilement la vie d’une pièce. On pourrait imaginer dans le futur que l’on puisse de plus en plus avoir la main sur ces réparations et même, avec une imprimante 3D et un mode d’emploi dématérialisé, reconstituer une pièce défectueuse.

Tout l’enjeu est de pouvoir contrôler ces objets de manière centralisée et en toute transparence, l’intelligence se trouvant dans l’interaction entre les objets, plus que dans les objets eux-mêmes, selon les experts interrogés pour cette lettre de veille. Hubs, set-top box (projet de R&D européen Appsgate rassemblant près de 15 partenaires coordonnés par STMicroelectronics), interfaces (Archos et sa solution Smart Home, Flocoon de Legrand…), protocoles communs, boitier ou enfin tableaux de bords, télécommandes ou simples boutons, commandés par le toucher ou par la voix, permettent d’automatiser tout ou partie des rituels et de scénariser les usages des habitants de la maison. Ces défis rassemblent des acteurs aux logiques diverses : promoteurs immobiliers, bailleurs, concepteurs d’installations do-motiques (Maison témoin Domo, rassemblant Connecting Technology et l’architecte Gabriel Kowalski), opérateurs, parcs d’activités (Smarthome 3.0 à Euratechnologies), fabricants d’électronique grand public, architectes, designers (Sheila Kennedy et sa soft house exposée à Hambourg en 2013), artistes (résidence ouverte Domotique Créative de Stereolux à Nantes en 2014), habitants qui recherchent à s’approprier ces enjeux (réseaux de livings labs et fablabs).

Suggérer et accompagner, dans l’observation continue de l’évolution des usages et dans l’attention permanente au devenir des données produites, c’est peut-être là le défi principal des entreprises se positionnant sur le créneau porteur de la smart home, marché qui pourrait atteindre près de 71 milliards de dollars en 2018 (Etude Juniper Research).

¦ L’équipe de veille Cap Digital

Editorial Domotique News

Les objets de la maison connectée

C’est en vivant à leurs côtés que l’on prend leur dimension. C’est en évoluant dans une maison connectée que l’on prend conscience de son impact sur notre quotidien. La domotique célèbre cette année ses 30 ans et son épanouissement pourrait venir de ces objets connectés qui lui donnent un nouveau relief. Capteurs, senseurs, détecteurs ou interrupteurs sans fil, tissent leur toile et délivrent à l’utilisateur des informations, des précisions sur son environnement, qu’il ignorait avant leur arrivée. Pour la première fois l’occupant va percer les mystères de la maison connectée, connaître la qualité de l’air, maîtriser le confort … Il va même pouvoir la piloter à distance. Encore faut-il résoudre l’épineux problème de l’interopérabilité des systèmes. Les plateformes apparaissent comme une solution. Autour d’elles les fabricants dressent des scenarii innovants. Suivre l’évolution de ces marchés est la vocation du mensuel DOMOTIQUE NEWS depuis 28 ans.

Première publication dédiée au Smart Home, aux objets connectés et au contrôle d’environnement, DOMOTIQUE NEWS informe, depuis 1988 , les professionnels. Ils peuvent y suivre l’évolution de ces marchés, percevoir les enjeux, suivre les entreprises, découvrir les nouveaux produits ou l’actualité internationale.

¦ Bruno de Latour, éditeur de Domotique News

Chiffres clés

Quelques défis

1 milliard d’€

C’est le poids du marché en France en 2015 (Source : BSRIA)

47%

C’est le poids de l’Allemagne sur le marché européen (Source : BSRIA)

19%

du marché Smart Home dans l’UE est représenté par les installations de contrôle de l’environnement (Source : BSRIA)

9

Français sur 10 pensent que la domotique améliore le quotidien de leur logement (Source : Maison à part)

31%

du marché Smart Home dans l’UE concerne l’éclairage
(Source : BSRIA)

  • Interopérabilité

  • Protocoles

  • R&D

  • Règlementation

  • Adaptabilité

ACHETEZ CE DOCUMENT

30 €

Pour accéder à la totalité de ce contenu, créez-vous un compte et cochez l'option Visiteur ou enregistrez-vous, et effectuez votre achat. Nous vous invitons également à consulter nos formules d'abonnement
Pour les adhérents et partenaires de Cap Digital, connectez-vous ou créez vous un compte Adhérent pour accéder au contenu.

Connexion & Achat