Editorial Cap Digital

En 2017, 1,7 milliard de dollars ont été consacré par les banques au développement de la blockchain. C’est l’équivalent du PIB de la Centrafrique, d’après le cabinet américain Greenwich Associates.  Et puis, cette année, le Trésor et l’Autorité des marchés financiers (AMF) déposent un projet de loi Pacte sur les Initial Coin Offerings (ICO), soit les levées de fonds en cryptomonnaies. La France serait le premier pays au monde à prendre une telle mesure pour réguler les transactions de cybermonnaies. Tout ceci en marge des spéculations à n’en plus finir autour de célèbres crypto-actifs et investissements dans de nouveaux systèmes blockchain, autant dire que chez Cap Digital, nous avons décidé de nous pencher sur la question pour tenter d’y voir plus clair.

Au niveau français, le secteur de la blockchain semble bien se porter, comme en témoigne le français Paymium, qui souhaite lever 60 millions d’euros grâce à une ICO, pour permettre l’échange d’euros en Bitcoin. Malgré les explications apportées pour comprendre les fluctuations si conséquentes des cryptomonnaies, ces dernières sont toujours sujettes aux réticences du public. Dans ce contexte, les pouvoirs publics réagissent et cherchent à réguler les transactions. Une mission d’information sur les monnaies virtuelles a été mise en place à l’Assemblée Générale, qui donne la parole aux acteurs majeurs du secteur.

Cependant, nous ne limiterons pas ce dossier, aux applications financières de la blockchain. Le protocole est de plus en plus plébiscité pour de nombreux autres domaines, dépassant les simples transactions financières. Le Bitcoin n’est plus le seul actif qui fasse aujourd’hui rêver les habitués. Entre cryptomonnaies, smart contracts et la traçabilité offerte par le protocole informatique, le champ des possibles est bien plus étendu qu’il y a quelques années. Les applications révolutionnaires se succèdent : connecter chaque individu en milieu urbain pour mieux gérer les différentes populations et leurs besoins en temps réel, ou prévoir une forme d’interopérabilité entre chaque application blockchain pour assurer une traçabilité toujours plus accrue, et même garantir la fiabilité de nos prochaines élections ! Les exemples ne manquent pas, quelques uns seront exposés dans ce dossier, mais qu’en est-il de la finalité de la technologie ? Peut-on parler d’une application vraiment majeure de la blockchain ?

Autre point de tension qui semble être évoqué par chacun de nos intervenants : la gouvernance. Etant donné que la blockchain se veut un système fiable car décentralisé, les individus en charge des aspects de vérification sont un point très sensible du protocole. La gouvernance reste un aspect encore délicat, qui modifie directement les modèles traditionnels des tiers de confiance dans les échanges de valeurs, notamment financières.

Un tel engouement pour la technologie nous laisse entrevoir un avenir encore mouvementé pour la blockchain, et ce n’est pas un hasard si Station F vient d’annoncer avoir intégré Chain Accelerator, accélérateur européen dédié aux start-up blockchain. On compte déjà 13 start-up qui bénéficieront de l’accompagnement, avec des initiatives à suivre sur diverses applications de la blockchain, mais également dans la régulation du système de transaction. Il est donc temps de faire le point sur une technologie prometteuse, mais dont le potentiel ne semble pas encore exploité au maximum.

■ L’équipe de veille Cap Digital

Chiffres clés

Quelques défis

5,6 Mds €

C’est le montant total des levées de fonds via ICO sur l’année 2017 (Baromètre Blockchain, par TNP & Largilière Finance, 2018).

10 minutes

C’est le temps moyen entre la production de chaque blocs sur la cryptommonnaie Bitcoin (The Conversation, 2018).

8%

C’est la (petite) part des Chief Information Officers interrogés par Gartner qui ont intégré la blockchain, à court-terme (Gartner, 2018)

6 sur 10

C’est la part des professionnels de santé qui pensent la blockchain comme un moyen d’accéder à nouvelles informations fiables et sécurisées d’après une étude réalisée par IBM (Maddyness, 2018)

10 à 30%

C’est la part des médicaments en circulation dans les pays en développement qui seraient faux, d’après l’OMS. La blockchain pourrait répondre aux besoins de traçabilité. (Blockchain Partner, 2017)

1,7 Mds $

C’est l’estimation des budgets annuels alloués au développement d’initiatives blockchain par les entreprises du secteur financiers (Greenwich Associates, 2018)

  • Gouvernance

  • Interopérabilité

  • Coopération

  • Transformation numérique

  • Traçabilité

1 EXPLIQUER LA BLOCKCHAIN : UNE TECHNOLOGIE PLEINE DE PROMESSES

ACHETEZ CE DOCUMENT

30 €

Pour accéder à la totalité de ce contenu, créez-vous un compte et cochez l'option Visiteur ou enregistrez-vous, et effectuez votre achat. Nous vous invitons également à consulter nos formules d'abonnement
Pour les adhérents et partenaires de Cap Digital, connectez-vous ou créez vous un compte Adhérent pour accéder au contenu.

Connexion & Achat