Edito : GAFAM, illégitimes ?  

3000 milliards de dollars : c’est la capitalisation boursière des cinq entreprises mondiales les plus puissantes : Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft. Les fameux GAFAM étaient au cœur d’une conférence le 4 décembre, pensée sous forme de tribunal, organisée par le média Usbek & Rica, nommée « Faut-il démanteler Google ? ». L’ambition et la frénésie d’innovation de ces monopoles du numérique semble sans limite : on apprend ainsi que les développeurs de Google sont en train de concevoir une fonctionnalité de la caméra pour repérer si la personne à côté de l’utilisateur jette un coup d’œil un peu trop appuyé sur l’écran du téléphone, une innovation dont les applications possibles laissent penseur. Devant une telle situation d’hégémonie, une nouvelle façon de questionner leur puissance se fait jour, autour d’une interrogation sur leur « légitimité ».

Vous devez être connecté pour accéder à ce contenu. Merci de créer votre compte ou de vous identifier en cliquant sur le lien suivant :